La Géonumérisation, Outil Privilégié De Numérisation Du Territoire Et Des Collectivités Locales en Algérie

La Géonumérisation, Outil Privilégié De Numérisation Du Territoire Et Des Collectivités Locales en Algérie


Introduction

La géonumérisation peut être définie comme étant le processus de représentation au moyen d’outils informatiques des objets, êtres, phénomènes, activités, images, textes sur la surface terrestre grâce à leurs coordonnées géographiques. C’est un processus indispensable dans la numérisation du territoire dans ses limites administratives (pays, wilayas, communes, espace urbain, etc.). 

La géonumérisation fait appel principalement à la géomatique ou aux SIG (Systèmes d’Information Géographiques) qui peuvent être définie comme des technosciences permettant l’étude et la gestion numérique des données à référence spatiale par l’intégration au moyen de l’informatique, des savoirs et des technologies liées à leurs acquisition, stockage, traitement et diffusion, principalement la topométrie, la cartographie, la géodésie, la photogrammétrie et la télédétection….

Ancrage de la géonumérisation dans le plan d’action du gouvernement Algérien   

Bien que non cité expressément dans le Plan d’action du Gouvernement, la Géonumérisation trouve sa place en de nombreux points de celui-ci, en l’occurrence : « L’Economie de la connaissance et la transition numérique » en particulier la réorganisation de l’administration centrale et locale par l’amélioration de la performance des services publics à travers la numérisation, la formation, la qualification des ressources humaines et l’introduction des standards internationaux.

  1. « L’amélioration du système de suivi, de contrôle et d’audit et l’ouverture des données publiques aux utilisateurs et citoyens » par la participation à la mise en place des conditions nécessaires au développement d’une économie numérique basée sur l’exploitation des données.
  2. « Le développement de l’information statistique et de la fonction prospective » par la participation au développement d’un système national d’information statistique, économique et sociale.
  3. « L’accès à l’eau potable et à l’énergie » par l’automatisation et la numérisation des différentes tâches liées aux métiers de l’eau ou de l’énergie (SIG, télégestion, robotisation, compteurs intelligents, etc.). 
  4. « L’aménagement du territoire et projets intégrés » par la révision du Plan d’Aménagement du Territoire de Wilaya (PATW) et l’adaptation du Plan d’Aménagement et de Développement du Territoire de la Commune (PADTC) afin de renforcer l’efficacité et la cohérence de l’action publique au niveau de cet espace pour un aménagement de proximité.
  5. « L’environnement et le développement durable » par l’organisation spatiale de tous les indicateurs locaux, wilayales, régionaux et nationaux de l’Environnement et l’élaboration des plans d’évolution de ces indicateurs dans les années futures.
  6. « La décentralisation » à travers la révision profonde du code de la commune et de la wilaya, basée sur l’approfondissement de la décentralisation et le renforcement des prérogatives des collectivités territoriales et de leurs ressources.

Comment la géonumérisation peut se concrétiser sur le terrain?

La géonumérisation est un corps de métier appelé à se développer et à jouer un rôle essentiel dans la numérisation des collectivités locales et du territoire. Les outils de développement peuvent se baser principalement sur l’utilisation efficiente, la diffusion et la valorisation de l’Open Source (usage des logiciels libres d’accès) et de l’Open Data (utilisation libre de données spatiales et numériques par Open Accès à travers des plateformes dédiées) et le développement des ressources humaines compétentes et mises à jour régulièrement par le biais d’une formation adéquate et ciblée. Les formations peuvent être de différentes formes, présentielle, à distance, e-learning, etc.). 

Les logiciels

Les spécialistes de la géonumérisation conseillent, pour les SIG, les SGBD (systèmes de gestion de bases de données) et/ou la Télédétection, une approche open sources. Ceci est fort judicieux pour des raisons liées à l’accès libre (donc gratuit) de ces produits. L’utilisation restrictive et onéreuse des logiciels propriétaires limitent le développement de la géonumérisation et la démocratisation de l’usage des SIG. De nombreuses études comparatives à travers le Monde montrent l’intérêt de plus en plus grandissant des administrations nationales et internationales parmi les plus prestigieuses, groupes publiques et privées, structures de recherche, etc, pour l’espace open source en raison de ses performances et la qualité de ses produits et services. L’esprit open source permet en outre à tout initié de participer à la communauté internationale des développeurs et collaborer ainsi à l’amélioration des logiciels et développer des extensions ou plugins. 

Parmi les logiciels libres SIG les plus utilisés dans le Monde en géonumérisation il y’a QGIS qui est livré avec deux autres puissants logiciels très appréciés des spécialistes GRASS et SAGA. Pour les SGBD, en sus des bases de données lues par QGIS (Mssql, Spatialite, Géopackage, Oracle), il y’a principalement la plateforme PostGresql et son extension cartographique PostGis qui est très répandue dans le Monde. L’analyse spatiale avancée, l’automatisation et la gestion des données peuvent être contrôlées de manière intégrée à l’aide d’environnements de programmation tels que Python et R.

En Open Accès les sites de téléchargement d’images spatiales, de cartes et données vecteurs, de MNT (modèles numériques de terrain), etc. sont nombreux et diversifiés. On peut citer OSM, NASA-USGS, ASE, JAXA, WRI, etc.    

Les données 

Pour les données en Input, les sources sont classées en : 

  1. Sources internes de données qui résultent des produits élaborés par la cellule SIG mise en place ou bien  les structures partenaires centrales ou délocalisées, 
  2. Sources externes qui proviennent d’autres acteurs nationaux ou internationaux. 
  3. Sources disponibles sur le web par Open Accès.
  4. Données provenant des réseaux sociaux, téléphones portables et comportement de navigation.

Les données en output seront de plusieurs formes : 

  1. Les données sous support papier, DVD et/ou autre forme numérique telles que les cartes thématiques avec des classements par catégories ou par classes de valeurs, les tableaux de bord et études prospectives.
  2. Sur le web par le biais du web mapping qui va permettre à tout utilisateur de visualiser les objets traités par le SIG par le biais d’un navigateur (Chrome, Firefox, Opera, Edge) aussi bien en local (localhost) qu’en Internet ou Intranet.  

La cartographie et l’analyse des données deviennent très compliquées avec l’explosion des technologies de rupture comme le cloud, les capteurs embarqués (Internet of Things) et les réseaux mobiles et sociaux qui génèrent des quantités gigantesques de données. La technologie Big Data est indispensable, étant capable de traiter de grandes quantités de données dans la courbe la plus courte, elle est devenue une nouvelle frontière pour l’analyse géospatiale

Le matériel

Il est évident que les ordinateurs et laptops dédiés à la mise en place du SIG doivent être performants et répondre à des caractéristiques optimales en termes de performances et de places de stockages. 

Une réflexion doit être menée pour arrêter une architecture particulière avec des serveurs, des postes de travail et de saisie, des postes de consultation aussi bien au niveau central que local, des scanners, des imprimantes de différents types, des disques de stockages extérieurs etc.

La ressource humaine et le savoir-faire

La ressource humaine et son savoir-faire sont primordiaux d’où l’importance de la formation que doivent acquérir les techniciens et ingénieurs versés dans la gestion du système et dans la production des données. Il faut, pour cela, utiliser les moyens fournis par les technologies nouvelles en particulier la formation on line, sur plateforme E-learning comme celles développées par l’entreprise GEOMATIC SOLUTIONS Company. Des cours spécifiques pourront être envisagés pour l’ensemble du personnel impliqué dans l’opération de géonumérisation. La formule classique de formation en salles de cours (à Alger ou ailleurs) est possible aussi. Enfin une formation combinant le E-learning et la formation classique peut être mise en place selon la demande et/ou les besoins. Les formations sont souvent rehaussées par la mise à disposition des apprenants de manuels d’utilisation.

Les utilisateurs

Ls utilisateurs représentent un élément essentiel sans quoi le système de géonumérisation n’a pas lieu d’être. On les trouve d’abord parmi les techniciens chargés de la mise en place de la géonumérisation qui sont appelés à tester de manière itérative le rendu de leur travail. Ensuite viennent les utilisateurs extérieurs demandeurs de cartes explicatives et de tableaux de bord pour l’aide à la décision. Enfin tout citoyen, écolier, universitaire, chercheur à des fins pédagogiques, scientifiques, culturelles, etc.

GEOMATIC SOLUTIONS COMPANY

L’activité de GEOMATIC SOLUTIONS COMPANY a trait principalement à la mise en place de systèmes d’informations géographiques et de cartographie, de suivi et d’évaluation de l’espace urbain et rural et des ressources naturelles (agriculture, ressources en eau, lutte contre la désertification, systèmes d’alerte précoce à la sécheresse, gestion de la maintenance assistée par ordinateur des périmètres et infrastructures hydrauliques, etc.).

  • Mise en place de bases de données géographiques, traitement des images géospatiales et analyses des données statistiques spatiales des tissus urbain, agricole, cadastral, etc.
  • Développement et ventes de logiciels informatiques spécifiques et tableaux de bord
  • Edition de données géographiques sur tout support
  • Formation générale et spécifique en géomatique, webmapping, base de données dédiées, etc. E-learning, plateforme de formation à distance, etc. 
  • Organisations classiques et fictives de manifestations, journées, salons professionnels en rapport avec l’objet de la société. 
  • Observatoire de la géomatique en Algérie, dans le Maghreb et en Afrique.

Références

  • https://mondegeonumerique.wordpress.com/geomatique-et-cie/geomatique-et-geonumerisation/
  • Plan d’action du gouvernement pour la mise en œuvre du programme du Président de la République (8 fév. 2020)

Auteur

Mohamed Safar Zitoun, Gérant de Geomatic Solutions Company, Expert SIG, Eau, Environnement.


Leave a Reply